14 juin 2017

La catastrophe de Deepwater Horizon (partie 2/2)


- Sur les sites pseudo-conspirationnistes


L'histoire des énormes pressions n'était pas dans tous les médias de l'époque, loin de là. Mais le but n'était pas d'inonder les médias mainstream avec cette idée. L'objectif était d'avoir des références dans divers journaux, pour donner une base officielle à la théorie de l'énorme pression défendue dans beaucoup de sites pseudo-conspirationnistes (ou les sites un peu à la marge entre les deux mondes). Avec des références sur CBS News, Slate, Der Spiegle, etc.., les personnes étant tombées sur les sites pseudo-conspirationnistes avaient ici et là une confirmation des vues défendues sur ces derniers.

C'est surtout au niveau des sites pseudo-conspirationnistes que le travail devait être fait ; parce que c'est là que les gens susceptibles de tomber sur la théorie du pétrole abiotique se trouvent. C'était eux la cible.


Comme dit plus haut, il y a parfois des papiers un peu conspirationnistes sur Agoravox. C'est le cas dans le présent article (17 juin 2010). On y trouve une référence à une interview de Lindsey Williams par Alex Jones. Les extraits suivant sont intéressants parce qu'ils fournissent un bon résumé de la thèse qui était développée sur les sites pseudo-conspirationnistes :

"Deux témoins travaillant pour la BP auraient dit à Lindsey Williams que cet accident est dû à la profondeur hallucinante du forage.

Cette technique s'appelle " forage de grande profondeur  ", et elle est fondée sur la théorie du pétrole abiotique."

"Lindsey William explique donc que BP aurait voulu copier les russes, et se lancer aussi dans des forages très profonds, mais en mer, et non sur terre, et il pense que le gouvernement américain n'aurait jamais dû donner cette autorisation.

Le fond de l'océan est déjà à cet endroit de 1600 mètres. Or d'après Lindsey Williams, ils ont foré à 10 000 mètres de profondeur, et ils ont atteint une strate de pétrole à une telle pression que toutes les sécurités ont été soufflées.

Pour comparer, Lindsey Williams évoque la pression que l'on trouve à Prudo Bay, en Alaska, qui est de 1500 livres.

Or la pression qu'il y a pour le forage en Golfe du Mexique était différente de ce que BP avait annoncé. Elle se situerait entre 20 000 livres et 70 000 livres et aucune technologie humaine ne peut contenir une telle pression.

Lorsque tous les systèmes de sécurité sont défaillants, il reste la valve de sécurité.
 
D'après le témoignage des deux ingénieurs de BP rapporté par Lindsey Williams, un ouvrier a dit : "la valve de sécurité a été arrachée".

L'explosion était inévitable
."

Donc, voilà, Alex Jones, l'exemple même du pseudo-conspirationniste, nous explique par l'intermédiaire de Lindsey Williams qu'on a foré à des profondeurs "hallucinantes" à cause de la théorie du pétrole abiotique. Et à ces profondeurs, la pression était telle (entre 20.000 et 70.000 livres) qu'elle aurait soufflé toutes les sécurités.

Conclusion implicite, chercher du pétrole abiotique est dangereux.

Au passage, ces interventions de Lindsey Williams modifient l'opinion que j'avais de lui dans mon article le concernant. Il est clair que c'était en réalité un agent d'influence. Je ferai un ajout dans l'article initial ou j'en écrirai un nouveau pour développer un peu le sujet.


Sur "prisonplanet.com" (site anglais), on a un article du 20 juin 2010, intitulé "Les États doivent lancer une enquête criminelle contre BP, le rôle du gouvernement fédéral dans la marée noire" :

"Le champ de pétrole sous-marin possède encore 97 % de son pétrole, 2 milliards de gallons de pétrole, ce qui signifie que cette catastrophe pourrait durer jusqu'à quatre ans. Pire encore, si les études sur la nature abiotique du pétrole dans la région du Golfe se vérifient, la crise pourrait être sans fin."

Voici un autre article sur "prisonplanet.com", du 25 juin 2010, intitulé "Un initié de l'industrie pétrolière et également membre du CFR prédit l'évacuation du Golfe". Dans celui-ci, il est dit que 20 millions de personnes pourraient être évacuées à cause d'un ouragan qui ramènerait des gaz mortels issus de la marée noire vers les terres :

"De nombreux scientifiques croient maintenant que le pétrole est abiotique - continuellement généré dans les profondeurs de la terre - et n'est pas présent en quantités finies, ni produit à partir de matière organique."


Sur "infowars.com", le site d'Alex Jones, on a cette page, du 11 juin 2010, intitulée "Lindsey Williams Talks with Alex Jones About Deadly Gases Leaking from BP Spill" (traduction : "discussions entre Lindsey Williams et Alex Jones à propos des gaz mortels qui s'échappent de la marée noire de BP"). L'article est constitué de vidéos. Dans la mesure où Lindsey Williams était l'invité, il a évidemment ressorti les mêmes arguments que ceux cités plus haut sur Agoravox.


Sur Rense.com (site anglais), il y a l'article suivant, du 10 juin 2010, intitulé "Le geyser de pétrole est capable de durer des années"

"Selon Kutcherov, un spécialiste de premier plan de la théorie de l'origine inorganique (abiogenic, non issu de la décomposition d'organismes vivants) du pétrole dans les profondeurs, " BP a foré dans ce que nous appelons un "canal de migration", une profonde faille où les hydrocarbures sont générés dans les profondeurs de notre planète, migrent vers la croûte terrestre, et sont accumulés dans les roches. Quelque chose comme Ghawar en Arabie saoudite. " Ghawar, le champ pétrolifère le plus prolifique du monde, produit des millions de barils par jour depuis près de 70 ans, et la fin n'est toujours pas en vue. D'après la science abiotique, Ghawar comme tout gisement pétrolier et gazier géant partout dans le monde, est situé sur un canal de migration similaire à celui qui fait la richesse pétrolière du Golfe du Mexique."

"Il souligne, " Il est difficile d'estimer l'énormité de cette fuite. Il n'y a aucune information objective. " Mais en prenant en considération les données concernant la dernière découverte " géante " de BP dans le Golfe du Mexique, le gisement Tiber, de quelque six miles de profondeur, Kutcherov est d'accord avec Ira Leifer, un chercheur de l'Institut des sciences marines de l'université de Californie à Santa Barbara, qui dit que le pétrole pourrait jaillir à un débit de plus de 100.000 barils par jour
."

Donc, ici, on reprend l'idée de pétrole abiotique, et même si on ne parle pas directement de pressions extrêmes, c'est induit par l'idée qu'il y aurait un débit de plus de 100.000 barils par jour.

Cet article a été repris sur divers sites, dont voltairenet.org (10 juin 2010), et en français sur alterinfo.net (12 juin 2010) et egaliteetreconciliation.fr (16 juin 2010).


Sur le forum de freerepublic.com (un forum anglais très fréquenté), il y a le sujet suivant, du 15 juin 2010, "BP oil spill planet killer (Was BP looking for abiotic oil reserves?)" :

"Des millions d'auditeurs ont entendu récemment dans le show radio populaire "Coast to Coast" que le déversement de pétrole de BP est un tueur de planète. L'animateur du talk-show, Ian Punnett, a accueilli deux invités, Jim Bell a au cours de la deuxième heure et le pasteur Lindsey Williams à la 3ème heure, pour une discussion à propos de la catastrophe pétrolière du Golfe, ainsi que des énergies alternatives. Dans la deuxième heure, le pasteur Lindsey Williams, qui a servi comme aumônier pour des compagnies pétrolières opérant en Alaska, a partagé ce qu'il a prétendu être la "vraie histoire" derrière la catastrophe pétrolière du Golfe. Il a expliqué que, dans les années 1970, la Russie a foré à plus de 40.000 pieds dans le sol et a découvert du pétrole abiotique, à savoir du pétrole qui se régénère par un processus chimique naturel encore inconnu. Le forage off-shore fait par BP dans le Golfe du Mexique, a déclaré Williams, était leur tentative à eux de créer un puit super-profonde similaire et d'accéder à ce même pétrole abiotique. Toutefois, selon ses sources, des membres initiés de BP et des fonctionnaires du gouvernement américain, la pression dans cette poche de pétrole abiotique dans le Golfe était si grande que ça a fait éclater toutes les soupapes de sécurité sur la plate-forme flottante."

Donc, dans ce texte, on apprend qu'en plus du public de freerepublic, le pasteur Lindsey Williams a pu toucher potentiellement des millions d'auditeurs grâce à ce talk-show.


Sur le site "les moutons enragés" datant du 29 janvier 2013, on a l'article suivant "USA: "deep water horizon ", plus de 33 mois aprés la castastrophe,on craint une nouvelle marée noire!….", qui ne parle pas de pétrole abiotique ou de pression énorme. Mais comme par hasard, parmi les 19 réponses, on a quelqu'un qui intervient 5 fois avec de longs commentaires et parle du pétrole abiotique et des énormes pressions supposément à l'origine de l'accident. C'est une chose que j'ai pu voir sur pas mal d'articles parlant de la catastrophe du Golfe du Mexique.

On a par exemple cette intervention d'un certain Eagleeyes :

"BRITISH PETROLEUM a foré très (trop) profondément, soit 12km un record (si on peut dire). Mais là où il y a du souci à se faire, c'est que le pétrole qui sort de ce puits n'est en rien comparable à celui qu'on exploite en temps normal. C'est du pétrole " ABIOTIQUE " c.-à-d. non fossile, donc obtenu par un processus chimique dans les couches profondes, ainsi dit les " strates ". Rappelez-vous les reportages montrant la nappe polluant les eaux et les rivages, elle était de couleur rougeâtre et non gris noirâtre comme à l'habitude.

La profondeur à laquelle ils ont foré, fait que ce qui en sort est à une pression telle que tous les équipements de sécurité, ont été littéralement balayés, même la valve de sécurité, censée résister au double de la pression maximale connue jusqu'à ce jour, à été arrachée de ses supports, la pression de sortie de ce pétrole est située entre 1378 et 4824 bar. Pour faire le rapprochement, un pneu de voiture est de 2.4 b et celui d'un camion de 6.9 b et enfin celui des circuits hydrauliques d'un avion est de 200 à 380 b une fuite transpercerait un homme de part en part. En conclusion aucune technologie actuelle ne pourrait mettre un terme à la fuite, sinon que l'utilisation d'une charge nucléaire, mais !
"


Quelques mois plus tard, le 30 juillet 2013, encore sur les "Moutons enragés", on a un article parlant cette fois ouvertement du pétrole abiotique. Et écrit certainement par la personne qui avait le pseudo Eagleeyes précédemment. En effet, là, le pseudo du rédacteur est Eaglefeather. Or, Eagleeyes avait comme avatar une plume (or plume en anglais, c'est feather). Par ailleurs, Eaglefeather intervient ensuite dans les commentaires, et son avatar et le même que celui d'Eagleeyes. Celui-ci est donc passé du statut de commentateur à rédacteur.

"En début de mois,  c'est un autre puits, vieux de 40 ans, qui s'est mis soudainement a fuiter d'autres ont précédé et suivi ce fait. Il ne faut pas perdre de vue qu'il y a près de 27.000 puits abandonnés et disséminés tout le long des côtes du golfe à une distance moyenne de 200 milles nautiques (370 km) au large. Les eaux territoriales de la Louisiane, en recensent plus de 9.500 à elle-seule, dont plus de 46% sont les plus anciens. Il est regrettable de constater que toute les semaines, on enregistre de nouvelles fuites dans leurs installations, en cause, la corrosion rapide due à la salinité de l'eau de mer, a déclaré récemment un des inspecteurs à une équipe de reportage tournant sur les suites de Deep Water Horizon et l'épidémie de malaises étranges diagnostiquée sur plusieurs personnes vivantes le long des rivages. Ce qui étonnait également cet inspecteur, il lui semblait qu'une pression plus forte s'exerçait sur les vannes ce qui en faisait aussi lâcher certaines qui venaient d'être remplacée récemment, voire même pourtant scellées avec du ciment. Mais qu'il était également fait de plus en plus de rapports d'incidents, dû à des émanations toxiques.

Assez bizarrement, ces mêmes gaz ont été identifiés aux abords de la zone de la fuite de DWH, mais ici on en était à 12 milles nautiques (22 km), ce qui pourrait confirmer ce que certains experts craignent, la formation de nombreuses crevasses tout autour du puits dont il ne faut pas perdre de vue que le pétrole qui s'en est échappé, " n'est pas un pétrole conventionnel, mais bien du pétrole ABIOTIQUE". Ce pétrole est issu d'une réaction chimique dont la chaleur du manteau supérieur tout proche et les émissions de gaz magmatiques en font les principaux facteurs de sa formation
."

Donc là, 3 ans après la catastrophe, on nous parle de fuites de méthane qui seraient dues en partie à une pression plus forte que d'habitude. Ici, le message subliminal c'est que, désormais, ça serait donc toute la zone pétrolière du golfe du Mexique qui risquerait de subir des fuites catastrophiques de pétrole à cause de la pression énorme. Le problème ne toucherait plus seulement un seul puit en exploitation foré à une profondeur extrême, mais potentiellement tous les puits du golfe du Mexique en exploitation ou non, et pas forcément forés à très grande profondeur. Rien que ça ! Or, la pression en question viendrait du fait qu'il s'agit de pétrole abiotique. Donc, le pétrole abiotique se révèlerait encore plus dangereux que ce qui avait été insinué durant la catastrophe de Deepwater Horizon. Bref, l'idée c'est à nouveau que : pétrole abiotique = énorme pression = danger = il ne faut surtout pas l'exploiter ; mais là, le danger potentiel est multiplié par 100.


Alors, ce ne sont que quelques sites. Mais on peut avoir une idée de l'ampleur du nombre de ceux ayant parlé de ça en tapant ""Lindsey Williams" Deepwater Horizon" sur Google. Comme Lindsey Williams est la personne à l'origine des informations en question, il était souvent cité quand on parlait de cette version de la catastrophe. Et là, on peut aller jusqu'à 16 pages de résultats sur Google (Google dit qu'il y a 6.200 résultats, mais il a tendance à exagérer). Si on tape ""Deepwater Horizon" Lindsey Williams" on arrive jusqu'à la 40ème page (et celles qui y sont référencées sont encore tout à fait pertinentes pour la majorité ; elles traitent bien du sujet en question), ce qui veut dire qu'il y a environ dans les 200 articles sur le sujet (la plupart datant bien sûr de 2010/2011).

Autrement dit, l'information a été relayée sur des centaines de sites. Donc, à l'époque, une forte proportion des personnes consultant des sites conspirationnistes a lu cette version de l'histoire. Et les personnes ayant eu vent de la théorie du pétrole abiotique et qui ont cherché à se renseigner sont très probablement tombées sur ces informations également.

Et bien sûr, tous les articles sur le sujet n'évoquaient pas forcément Lindsey Williams. Donc, il y a dû y avoir quelques centaines d'autres articles liant le pétrole abiotique à la catastrophe de Deepwater Horizon.


Le fait que Youtube ait un compteur de vue permet également de voir quel a été le succès des vidéos de Lindsey Williams, et donc, de savoir si ça a touché beaucoup de monde ou pas. Et effectivement, le succès a été important (pour un sujet pareil). La vidéo ayant eu le plus de succès est la suivante :



315.489 vues. Le succès a été énorme.

Et il y en a plusieurs autres sur la chaine Youtube d'Alex Jones avec Lindsey Williams qui totalisent selon les cas de 50.000 à 100.000 vues. Comme on peut penser que ce ne sont pas forcément les mêmes gens qui ont vu les unes et les autres, on a facilement 500.000 personnes qui ont vu les vidéos en question.


C'est le cas aussi avec la version sous-titrée en français accessible sur Dailymotion.



On a 67.124 vues. Là-aussi, c'est assez énorme.


- Sur les sites écologistes


Il y a un troisième type de site sur lesquels on trouve un certain nombre de références à la pression énorme des forages ultra-profonds, et éventuellement au pétrole abiotique, ce sont les sites écologistes. Comme les écologistes sont un peu plus avancés que la moyenne en matière de pétrole, ils sont susceptibles de tomber un jour sur des informations gênantes pour l'élite. Donc, il est important de les orienter vers la mauvaise direction assez tôt dans leur découverte du sujet du pétrole abiotique. Ce qui signifie bien sûr que ces sites sont sous contrôle. Mais ça, c'est une évidence.

Sur le site de Greenpeace, on trouve l'article suivant (6 janvier 2011) ayant pour titre "Le forage offshore est intrinsèquement dangereux et le sera toujours" :

"Aujourd'hui, la Commission nationale des États-Unis a publié un extrait d'un rapport sur les causes de la catastrophe de Deepwater Horizon.

Ce rapport de la Commission met en évidence ce que l'industrie ne veut pas l'admettre - le forage offshore est intrinsèquement dangereux et le sera toujours. N'importe quel nombre d'erreurs techniques ou la cupidité simple peut conduire à un désastre à tout moment
."


Sur le site "lesverts.fr", on a l'article suivant, du 15 juillet 2010, intitulé "L'explosion de la plateforme Deep Water Horizon" :

"Ce forage marin, à 1600 m de profondeur et s'enfonçant à 10 km dans la croûte terrestre, est exceptionnel et symbolise la fuite en avant aveugle " du toujours plus " de la civilisation occidentale animée par le mythe de la richesse inépuisable de la planète selon lequel il existerait au-delà de 10 km de profondeur de la croûte terrestre des réserves très importantes d'hydrocarbures "abiotiques", c.à.d. minérales et non organiques."

"C'est la pression énorme à cette profondeur de 10 kms, 5 tonnes/cm2, qui a fait exploser la valve de retenue au fond de la mer puis la plateforme. D'après certains géologues avisés, cela était prévisible et aucun système ne pouvait résister."


Sur le site "horizon-durable.ch", on a l'article suivant "La marée noire du Golfe du Mexique, l'épée de Damocles de l'humanité" :

"Depuis l'explosion à bord de la station de station de forage, il ne se passe pas un jour sans que de nouvelles informations ou rumeurs circulent dans les médias et sur internet. L'administration Obama était au courant de gros problème sur le puit de forage depuis le mois de février, ces informations ayant filtré jusque dans le milieu financier, des investisseurs tel que Goldman Sachs auraient retirés leurs billes le jour avant l'explosion.

L'enjeu d'un tel forage était la découverte d'une poche de pétrole abiotique, un type de pétrole non-organique, renouvelé en permanence dans le manteau terrestre. Cette théorie scientifique controversée fut développée par les russes de l'union sovétique et jusqu'a présent les quantités de pétrole abiotique découvertes étaient négligeables et leur extraction extrêmement compliquée du fait de la profondeur des poches concernées.

La British Petroleum aurait découvert la plus grande source de pétrole abiotique dans le Golfe du Mexique, une véritable corne d'abondance du fait de sa nature inépuisable.

Malheureusement il semble qu'ils soient tombés en fait sur la boîte de pandore. La pression dans cette poche est tellement gigantesque qu'aucune technologie humaine actuelle ne puisse retenir la fuite. Pire, le fond océanique se serait fragilisé et devenu instable, de multiples fuites sur une longueur estimée entre 15km et 45km se sont manifestées. L'option de l'utilisation de l'arme atomique pour reboucher le puit a très certainement été abandonnée suite à cette découverte
."

Et sur d'autres sites de ce genre, quand ce n'est pas l'article qui cite directement la pression énorme ou le pétrole abiotique (ou les deux), il y a régulièrement un commentaire pour l'évoquer.


- En résumé


Donc, le buzz sur Lindsey Williams est sorti initialement sur un site faussement conspirationniste (Alex Jones apparemment), puis s'est répandu pratiquement immédiatement sur des dizaines d'autres sites pseudo-conspirationnistes (Prison Planet, Free Republic, Moutons Enragés et autres Above Top Secret, etc…). C'est-à-dire des sites en réalité montés par l'élite pour contrôler les dissidents et les orienter vers des théories bidon. Donc, à la base, ce buzz porte incontestablement la marque d'une psy-op.

La vitesse de reprise de cette information (et de façon positive, pas pour la dénigrer) sur les sites pseudo-conspirationnistes a été incroyablement rapide et massive. Ce genre de chose n'arrive pas par hasard, surtout en aussi peu de temps. C'est impossible. Donc, c'était forcément orchestré.

Pour prendre un exemple traité sur ce blog, le sujet de la non-existence des bombes atomiques, mon article sur le sujet n'a pratiquement pas reçu de publicité en 6 ans. Et sur les quelques rares citations qu'il y a eu, 90 % étaient négatives. Ceci, alors que le sujet est sensationnel et que la version dissidente est du domaine de l'évidence, pour peu qu'on y réfléchisse un minimum. Et c'est pareil pour les quelques sites en anglais parlant du sujet. Quant aux vidéos sur Youtube faites par diverses personnes, même chose, elles n'ont reçu à chaque fois que quelques centaines de vues pendant plusieurs années. Et quand le sujet a commencé à se répandre un peu, et que les forums pseudo-conspirationnistes ont été obligés d'en parler, les topics étaient à chaque fois inondés d'interventions négatives (de types qui étaient clairement des agents). Ce n'est que 8 ans après les premières vidéos sur le sujet que celui-ci commence enfin à recevoir un peu de publicité positive et à faire un peu son chemin dans les esprits. Et c'est pareil sur d'autres sujets de ce genre. Donc, peu importe qu'un sujet soit extraordinaire ; s'il n'est pas approuvé par l'élite, il ne recevra quasiment aucune publicité, encore moins positive, et restera confiné dans les profondeurs du web pendant des années. Donc, si un buzz se fait de façon aussi rapide, de façon positive, et en plus sur des sites dont on sait qu'ils sont sous contrôle, c'est obligatoirement qu'il a été orchestré et qu'il s'agit d'une opération psychologique venant de l'élite.

Et dans la mesure où on a présenté la théorie abiotique sous un jour apparemment flatteur de prime abord (des quantités gigantesques de pétrole accessibles), pour mieux en souligner la dangerosité tout de suite après, il est clair que le but de cette psy-op était de la saper.

Il faut noter aussi que les sites pseudo-conspirationnistes parlant de pétrole abiotique ont déclaré que la catastrophe allait être apocalyptique et pourrait durer des années. Le fait que ça devait se révéler faux par la suite participait à discréditer la théorie du pétrole abiotique aux yeux du grand public. Pour ceux qui ne s'arrêtent pas à ce genre de prédictions erronées, il y avait toujours l'idée que le pétrole abiotique est inexploitable à cause du risque de catastrophe de type Deepwater Horizon. Mais pour une bonne partie du grand public, qui a tendance à jeter le bébé avec l'eau du bain, le truc était de leur faire penser que tout ça relevait du conspirationnisme délirant, et que l'idée du pétrole abiotique était à mettre dans le même panier.


Aucun commentaire: